Le monde comme un écran, où la profondeur n’en serait pas vraiment une.
Et si j’effaçais le monde, que trouverai-je ?
Effacer non pas pour cacher mais pour voir ce qui est caché.
L’effacement comme ouverture sur. comme porte. Voir sous la «croûte du visible» ce qui est là mais qui ne se manifeste pas encore à moi. Ce qui est là et qui justement fait que le visible existe. Les fondements, la structure du visible, du perceptible.
L’effacement comme retrait de la plus ou moins fine pellicule du «monde», c’est-à-dire de l’espace limité par notre appréhension de la réalité, tributaire de l’intellect, de l’émotif et du sensible.
L’effacement appelle le voir. Effacer pour voir.
Naissance d’un espace disponible.
L’effacement est propre à la surface. Effacer une chose qui est «à la surface», n’est-ce pas supposer l’existence d’une autre chose en profondeur ? Pointer l’iceberg. Que se passe-t-il sous la pellicule de la mer ?

Effacer le détail, la spécificité d’un objet, d’une perspective, d’une photographie, pour y chercher l’archétype, l’essence. Chercher un «facteur commun».
L’effacement jusqu’à la limite de la présence physique, c’est aussi les balbutiements d’une autre présence. Autre présence que l’objet présenté contracte jusqu’en le spectateur : on peut alors parler d’expérience.
Dialogue entre ce qu’appelle l’objet et ce qui répond chez celui qui le regarde. L’effacement pour créer une rencontre avec cet «autre», ici, au présent.
Rencontre qui ranime quelque chose de l’ordre d’une mémoire intemporelle, éternelle : «qui est hors du temps, sans commencement ni fin» . Semble apparaître la possibilité d’une profondeur, ouvrant sur une toute autre façon d’appréhender la réalité.
L’effacement non pas pour tenter de cacher quelque chose, mais au contraire, de révéler ce qui soutient la chose et est sa raison d’être.
N'est-ce pas en poussant dans ses retranchements les qualités du monde d’aujourd’hui (la fraction, l’absence de perspective, la fragilité...), en tentant d’en frôler les limites, qu’une ouverture sur une toute autre façon de l’appréhender pourra être esquissée ?